Current | Search | RSS Feeds

Les dénombrements d'oiseaux d'eau en Afrique - DOEA

Les dénombrements d'oiseaux d'eau en Afrique sont un réseau dynamique et en expansion, englobant des personnes très diverses qui vont des groupes communautaires locaux aux personnels des aires protégées, et des étudiants des universités aux chercheurs chevronnés. Le réseau couvre également une mosaique de pays avec partout un intêrêt commun pour les zones humides et les oiseaux d'eau.


Action Description:

Les dénombrements d'oiseaux d'eau en Afrique - DOEA

Les dénombrements d'oiseaux d'eau en Afrique sont un réseau dynamique et en expansion, englobant des personnes très diverses qui vont des groupes communautaires locaux aux personnels des aires protégées, et des étudiants des universités aux chercheurs chevronnés. Le réseau couvre également une mosaique de pays avec partout un intêrêt commun pour les zones humides et les oiseaux d'eau.

Nom de l’activité: Dénombrements des Oiseaux d’eau en Afrique.
Pays concernés: L’ensemble des pays du continent africain, en régions:
Afrique de l’Ouest; Afrique centrale; Afrique de l’Est; Afrique australe.

Date de démarrage: 1991.
Date d’achèvement: en continu, en fonction des financements.
 Partenaires: Institutions techniques des états, réseaux des volontaires, universités, ONG nationales et internationales.
Descriptif du projet: Le dénombrement a été initié en 1991, lorsque 15 pays africains et subsahariens y ont participé. La responsabilité de la coordination fut transférée du siège de Wetlands International au Bureau régional Afrique basé à Dakar en 1998. à partir de 2001, quelques 900 sites de 40 pays ont été dénombrés au moins une fois. Des milliers de volontaires et des professionnels supportent les activités de dénombrement des oiseaux d’eau. Le nombre de pays participants est passé de 15 en 1991 à 40 en 2004 et aujourd’hui, plus de 900 zones humides ont été visitées.

Parmi les objectifs du programme on peut citer:

  • Établir un programme des zones humides africaines
  • Déterminer la distribution, les stratégies migratoires des oiseaux d'eau en Afrique
  • Effectuer des estimations de la population d'oiseaux d'eau en Afrique
  • Promouvoir la sensibilisation et l'éducation à l'environnement en relation avec les zones humides

Activités / Résultats

  • Renforcement des capacités des partenaires (cours de formation au profit des réseaux des dénombrements, équipements, etc.)
  • Huit (08) rapports annuels publiés 1991-1998 (livre jaune)
  • Publication du livre Stratégie préliminaire pour le suivi des oiseaux d’eau en Afrique
  • Un rapport sur trois ans 1999-2001 (disponible en papier et cdrom) publié ; un rapport sur trois ans 2002-2004 en finalisation
  • Posters techniques sur le DOEA en Afrique
  • Mettre en valeur l’utilité des DOEA dans l’initiation de suivi d’espèces ou de groupes d’espèces peu connues ; un accroissement de la participation, l’estimation des tendances des populations, l’identification des facteurs déterminant les effectifs d’oiseaux d’eau dans les zones humides, l’élargissement de la collaboration et l’initiation de projets spéciaux.

Application des résultats

  • Contribuer à l’utilisation rationnelle et à l’évaluation économique des zones humides par les gestionnaires et d’autres personnes. (ex. pour déterminer des quotas pour la chasse ou pour indiquer la productivité des zones humides).
  • Suivi des caractères écologiques et de la productivité des zones humides. Un suivi régulier peut contribuer à évaluer les impacts du développement et mettre en évidence de manière précoce des problèmes environnementaux.
  • Contribuer à la mise au point de politiques nationales pour les zones humides, en particulier là où les oiseaux d’eau constituent une ressource pour l’économie nationale et une ressource alimentaire pour les populations locales. Il y a un besoin évident de comprendre dans quelle proportion la ressource est disponible et utilisable et quelles en sont les tendances.
  • L’utilisation croissante des oiseaux d’eau comme indicateur de la santé des zones humides doit être examinée de manière critique et des lignes directrices devront être élaborées pour de futures applications pratiques.
  • Supports techniques des conventions (AEWA, Ramsar) et des partenaires (ex. BirdLife International pour le programme ZICO) ; support direct au “Waterbird Population Estimates programme”, etc.


Action Partners:

Institutions techniques des états
Réseaux des volontaires, universités, ONG nationales et internationales.